Les blessures fréquentes au Handball



Etant moi-même actuellement blesser (rupture du tendon d’Achille) j’ai décidé décrire cet  article afin d’expliquer les fréquentes blessures potentiellement rencontrées par les handballeurs et comment elles se soignent.

TENDINITE (OU TENDINOPATHIE D’ACHILLE)

Elles sont également en rapport avec les sauts répétés et les séances de renforcements musculaires intensifs.
Le traitement est avant tout médical avec physiothérapie et programmes de renforcement excentrique.
Il est également possible de réaliser des injections de PRP (Plasma Riche en Plaquettes) ou encore une opération pourra être proposée.


RUPTURE TRAUMATIQUE DU TENDON D’ACHILLE

Les tendinites d’Achille prédisposent à des rupture complètes traumatiques du tendon d’Achille.Un traitement chirurgical est alors indispensable afin de suturer le tendon d’Achille. La reprise se fait en général vers le 6ème mois.


ENTORSE DE CHEVILLE

C’est la lésion des ligaments de la cheville. Une entorse de la cheville peut être la conséquence d’un échauffement, d’un terrain de sport ou de chaussures inadaptés.
Sur le terrain, il faut arrêter immédiatement  l’activité et appliquer  le protocole G.R.E.C. (Glaçage Repos Elévation Contention). Une contention temporaire est mise en place afin de limiter la douleur et l’œdème (gonflement) de la cheville. Un traitement fonctionnel est proposé dans la majorité des cas. Il associe une immobilisation par une attelle semi-rigide ou une contention adhésive. La cheville doit être rééduquée précocement et la reprise de l’appui s’effectue en fonction de la douleur.


RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTÉRIEUR

Cette lésion survient principalement lors d’une réception de saut et lors d’un changement de direction (avec simple ou double appui).  Il faut glacer et mettre en place une immobilisation du genou par une attelle et l’utilisation de cannes.
Le sportif doit bénéficier d’un examen rapide par un spécialiste qui confirmera le diagnostic par l’examen clinique et des examens radiologiques (IRM). La prise en charge est généralement chirurgicale dans cette population sportive.


INSTABILITÉ DE ROTULE

L’instabilité de la rotule est liée au fait que la rotule ne s’engage pas correctement dans la trochlée du fémur et qu’elle s’échappe en dehors : c’est la luxation externe de rotule.


BLESSURES MUSCULAIRES

les blessures musculaires sont fréquentes car c’est un sport de contact. La plus fréquente est la contusion musculaire au niveau de la cuisse mais il existe également des blessures au niveau de la jambe et de la cheville. Un hématome peut également se développer. L’échographie ou l’IRM permettent de confirmer le diagnostic en cas de doute.
La prise en charge immédiate comprend la mise au repos et l’application de froid.
Un programme de préparation physique adapté permet de prévenir ces lésions.


DOULEURS CHRONIQUES PAR EXCÈS DE SOLLICITATION DE L’EPAULE 

L’hyper sollicitation de l’épaule par répétition des mêmes gestes sportifs conduit à des adaptations des structures ligamentaires et musculaires de cette articulation en vue de l’amélioration de la performance.
Plusieurs facteurs participent à la déstructuration de l’épaule dans ce sport :
– l’augmentation de la mobilité en rotation externe par rapport à la rotation interne (le geste de lancer se faisant en rotation externe) responsable d’une instabilité micro-traumatique.
– l’apparition d’un déséquilibre entre les différents groupes de muscles autour de l’épaule (déséquilibre entre les muscles rotateurs externe/interne)
– une position et mobilité anormale de l’omoplate

(etc…)


LUXATION ET INSTABILITÉ DE L’EPAULE

La luxation de l’épaule est le déboîtement de l’articulation entre la tête de l’humérus et une petite cavité de l’omoplate appelée la glène. L’instabilité de l’épaule peut faire l’objet d’un traitement conservateur avec rééducation ou d’un traitement chirurgical.


FRACTURE DE CLAVICULE

La fracture de clavicule est très fréquente après une chute sur l’épaule.

Le traitement des fractures du tiers moyen de la clavicule est en général orthopédique avec une immobilisation de 6 semaines, temps moyen nécessaire pour la consolidation de la fracture. Une opération peut être nécessaire en cas de fracture très déplacée ou compliquée de problèmes vasculaires ou neurologiques. Les fractures du quart externe de la clavicule doivent faire l’objet d’une opération lorsqu’elles sont déplacées.


ENTORSE OU DISJONCTION ACROMIO-CLAVICULAIRE

La disjonction (entorse ou luxation) acromio-claviculaire correspond à une perte de contact entre les surfaces articulaires de l’acromion et de la clavicule. Ce traumatisme survient lors d’une chute directe sur le moignon de l’épaule

Il est possible de traiter cette disjonction par une simple immobilisation dans les cas où la clavicule est peu ou pas ascensionnée (déplacée vers le haut).
Lorsque la clavicule est trop déplacée vers le haut ou vers l’arrière, il est plutôt recommandé d’opérer pour remettre la clavicule en face de l’acromion.


BLESSURES DES DOIGTS (ENTORSES OU FRACTURES)

Il s’agit fréquemment d’entorses mais aussi de fractures.
Il est indispensable de réaliser un bilan radiographique et au moindre doute un complément d’imagerie (échographie ou IRM)
Ces lésions, si elles sont négligées peuvent engendrer des instabilités (en particulier du pouce) ou des raideurs séquellaires.
Le traitement le plus fréquent est l’immobilisation par syndactylie (immobilisation du doigt traumatisé avec le doigt valide qui l’entoure).

William Accambray victime d’une rupture du tendon d’Achille durant son match au cotés de  l’équipe de Veszprem.

 

Merci de votre lecture

Julie !

Laisser un commentaire